LES 5 PLUS GRANDS REGRETS

C’est tout à fait par hasards (vraiment !) que j’ai découvert l’extraordinaire parcours d’une infirmière australienne nommée Bronnie Ware. Jadis assignée aux soins palliatifs, assise au chevet des mourants et à l’écoute des rétrospectives de leurs vies, elle a réalisé que leurs épiphanies devaient être entendues.

Bronnie Ware: elle est belle!

Elle a donc décidé d’écrire et de documenter les histoires touchantes de ces hommes et de ces femmes dans un blogue. Elles ont été si populaires et lues qu’elle s’en est inspirée pour rédiger un livre où elle compile les 5 plus grands regrets de ceux qui nous quittent : Top 5 Regrets of the Dying. Volume qui s’est vendu à plusieurs millions d’exemplaires et traduit en 32 langues.

Ce n'est pas rien pour une infirmière qui cherchait un sens à sa vie.

Son blogue : https://bronnieware.com/about-bronnie/

Non non non, je ne suis pas morose, bien au contraire! Le message que livre Bronnie est absolument positif et lumineux pour nous tous «vivant ». J’ai toujours cru que de vivre une vie sans regret était la clé : c’est pourquoi je suis partie vivre à Chypre par exemple!

J’ai été tout simplement charmée par cette dame qui elle aussi s’est promis de vivre sa vie différemment tout en inspirant des milliers de personnes à en faire autant.

Elle note que les gens à la fin de leurs jours possèdent une vision très claire de ce qu’est la vie et savent pertinemment où sont leurs erreurs et ce qu’ils auraient dû faire mieux. Autant mieux apprendre d’eux ! Ce qui m’a encore plus ébloui, c’est que sans surprise, les 5 regrets ne concernaient surtout pas de faire plus d’argent, de posséder plus ou de travailler plus. Ça, vous le saviez j’en suis certaine!

Je vous laisse donc découvrir les 5 plus grands regrets tirés des observations de Bronnie Ware (traduction libre de moi-même!).

1) J’aurai dû avoir le courage de vivre ma vie comme je l’entendais et non pas celle qu’on attendait de moi ou faire ce que les autres voulaient que je fasse.

Ce regret est le plus commun dit-elle : les gens réalisent qu’ils n’ont pas fait ce qu’ils auraient voulu faire et ils ont laissé partir leurs plus grands rêves et ce, toujours par choix. Ils répètent aussi que la santé apporte une liberté permettant de tout réaliser, mais que malheureusement on s’en rend compte une fois que nous ne l’avons plus.

2) J’aurai dû moins travailler.

Ce regret est d’avoir passé trop de temps à vouloir me distinguer au travail. Manquant ainsi du temps près des êtres aimés comme leurs enfants et leurs conjoints/ conjointes, ils/elles regrettent ce temps perdu a jamais. Parce qu’au final, le temps est bien la seule chose qui ne se rattrape jamais.

3) J’aurai dû avoir le courage d’exprimer mes sentiments.

Les gens regrettent de n’avoir su dire ce qu’ils pensaient aux personnes concernées dans certaines situations. Plusieurs l’ont fait pour conserver la paix avec les autres, leur créant de l’aigreur et du ressentiment tout le long de leurs vies. Elle a observé que plusieurs s’étaient créé des maladies en supprimant leurs émotions.

4) J’aurai dû rester en contact avec mes amis.

Plusieurs ont des regrets de ne pas avoir su conserver et cultiver l’amitié. Pris dans le tourbillon de la vie, ils ont délaissé le côté social se retrouvant souvent bien seul sur leur lit d’hôpital. Ils souhaiteraient avoir la visite de ceux qu’ils ont aimés et côtoyés.

5) J’aurai dû choisir d’être heureux.

Plusieurs ont réalisé, et ce beaucoup trop tard qu’être heureux est un choix. Plusieurs sont restés dans leurs zones de confort et bien malheureux . La peur du changement leur a fait croire que tout était mieux dans le statu quo alors qu’à l’intérieur d’eux ils avaient le fort désir de rire davantage, de lâcher leur fou et de vraiment faire ce qui les rend heureux.

Voilà pour les 5 regrets. Ça fait réfléchir et cela remet certaines choses à leurs justes places il me semble.

Je me souviendrais toujours de ce que ma tendre Mamie, ma grand-mère maternelle, m’avait dit sur son lit d’hôpital vers la fin de sa vie : «Arrange-toi toujours avant de sortir, occupe-toi de toi, sois belle, utilise de beaux produits et fais-le pour toi. Par exemple, ne sors pas avec un manteau décousu : soit fière de toi. » J’imagine que c’était un regret ou un souhait sincère : elle ne voulait surtout pas que je fasse l’erreur de ne pas m’occuper de moi! Cela m’a toujours marqué et je garde ces précieux conseils dans ma tête – je suis d’accord avec elle et j’essaie encore de le faire!

Bref, ce ne sont que de petits rappels comme il y en a tant dans la vie!

C’est bien de faire une petite pause et de se réaligner.

À vous maintenant de limiter les regrets!

UNE FILLE...

Featured Posts
Recent Posts