POURQUOI PARTIR ?


Lorsqu’on me demande d’où je viens, j’aime beaucoup répondre de Montréal. En général les gens semblent savoir où c'est, mais il y en a toujours un qui me regarde avec des points d’interrogation dans les yeux. Dernièrement, quelqu’un m’a demandé s’il y avait des crocodiles dans mon coin de pays.

QUOI ?

On est loin de la chemise à carreaux et de l’orignal empaillé!

ET BIEN tant mieux, car cette image caricaturée de chez nous me lasse. Bref, c’est impossible d’imaginer ce que les gens pensent de mon pays d'origine, mais je tiens à noter que je ne fais aucun jugement ici : je n’ai pas la prétention de connaître toutes les villes dans le monde et encore moins leur faune!

Moi à Montréal...

Donc quand on me pose la question, réflexion faite, je crois qu’il serait mieux de répondre que je suis Canadienne. C’est plus facile croyez-vous ? MAIS NON! Car après on me demande toujours pourquoi ils entendent mon accent français. Alors je dis que je suis francophone du Canada. À ce moment on croit que je suis une Française qui habite au Canada. Alors je dis : « Non je suis Québécoise! Une francophone québécoise du Canada».

Dans tous les cas, ce qui retient l’attention, c’est le mot CANADA. On me demande souvent:

« Mais pourquoi venir s’installer à Chypre quand on vient du Canada? ». Beaucoup de gens dans le monde souhaiteraient venir s’installer dans mon pays où l’on ne cesse de vanter les avantages. Alors qu’est-ce qu’une Québécoise peut bien faire sur une petite île coincée entre le Moyen-Orient et l’Europe ? Une unique Québécoise, parce que franchement je n’en ai pas vu d’autres (sauf Charles! Salut!).

Je vais donc essayer de vous dire ce que je fais ici. Vivre ailleurs vient nourrir une partie importante à l’intérieur de moi. J’ai besoin de cela, de ce renouveau, de l’inconnu. Mais je ne dois pas être la seule! Je vous le dis, il existe un monde parallèle : une espèce de 4e dimensions, des tuyaux qu’empruntent des hommes et des femmes, des familles, des couples qui déménagent sans arrêt dans divers pays.

Statistiquement, on dit qu’il y aurait 50.5 millions d’expatriés dans le monde. Certains collectionnent plusieurs pays en plus! J’ai fait la connaissance d’une famille qui a habité à Oman, Londres, Paris, Moscou, Le Caire et Chypre à l’intérieur de 12 années. Éventuellement, on doit se demander d’où on vient, où l'on va et devrait-on vraiment toujours célébrer la fête de l’action grâce ? Chacun a ses raisons de bouger comme cela : des opportunités de travail, l’amour, l’argent, l’aventure. Peu importe le motif, on fait le saut avec tous les défis qui viennent avec.

Il y a de cela 19 ans, je me préparais à déménager à Toronto. J’y suis resté 9 ans. Ce que je me souviens le plus de cette expérience, c’est d’avoir fait de belles rencontres et eu de belles amitiés avec des gens de tous horizons; Japon, Serbie, France, République tchèque, Tunisie, Inde, Iran, Roumanie et bien sûr, un Assyrien… Revenir? Certains disent non, certains reviennent vite et certains ne reviendraient jamais. Pour ma part, je ne sais pas encore dans quelle catégorie je me situe. Aujourd’hui, j’ai besoin de bouger et de voir autre chose. D’ailleurs j’ai toujours été comme ça! Pour combien de temps vais-je vivre à l’étranger ? Je ne sais pas? Pour le moment, ça me plait beaucoup et j’ai envie de rester. Pourvu que je puisse revenir voir mon Montréal natal une fois par an.

Et vous? Seriez-vous prêt à faire le saut ?

Une fille ;)

Featured Posts
Recent Posts